Terrible vertu

Ellen Feldman

Très tôt, la petite Margaret se fait le serment de ne jamais ressembler à sa mère, femme au foyer épuisée par treize grossesses. Devenue infirmière, elle se marie et a des enfants, mais ne renonce pourtant à aucune liberté. Nous sommes aux Etats-Unis, au tout début du XXe siècle : la contraception est illégale. Aussi Margaret se consacre-t-elle à la condition des femmes, et met-elle sur pied, en 1916, la première clinique clandestine de contrôle des naissances. Le combat acharné qu'elle mène pour que les femmes acquièrent des droits élémentaires la conduit en prison plusieurs fois, et la contraint à fuir son pays pour l'Angleterre et la France. Ellen Feldman, romancière américaine dont c'est le premier livre traduit en français, nous raconte la vie de ce personnage hors du commun, mais aussi de ses proches, dont l'existence a souvent été malmenée par cette héroïne en quête d'absolu, qui a changé la vie des femmes, aux dépens de la sienne. Lire la suite

312 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x220

La liberté est un droit
« Le devoir d'une femme : regarder le monde bien en face, avec une lueur infernale dans les yeux ; avoir un idéal ; parler et agir en dépit de toutes les conventions. » Telle fut la philosophie de Margaret Sanger, qui consacra sa propre vie à améliorer celle des femmes. Elle fonda en 1921 la Ligue américaine pour le contrôle des naissances (American Birth Control League), qui deviendra plus tard le Planning familial, et n'eut de cesse de militer pour le droit des femmes à disposer de leurs corps et de leur sexualité. A l'heure où le droit à l'avortement est mis à mal outre-Atlantique, Helen Feldman rend un hommage bienvenu à une pionnière exemplaire.

Haut de page