L'homme qui savait la langue des serpents

Andrus Kivirähk

Voici l'histoire du dernier des hommes qui parlait la langue des serpents, de sa soeur qui tomba amoureuse d'un ours, de sa mère qui rôtissait compulsivement des élans, de son grand-père qui guerroyait sans jambes, d'une paysanne qui rêvait d'un loup-garou, d'un vieil homme qui chassait les vents, d'une salamandre qui volait dans les airs... Peuplé de personnages étonnants, empreint de magie et d'un souffle inspiré des sagas scandinaves, ce texte est d'une imagination et d'un humour délirants.

440 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x200

Le comit a aim

Un conte fantastique où l'humour le dispute à l'impressionnante virtuosité stylistique, ainsi peut-on définir L'homme qui savait la langue des serpents. Le livre apparaît aussi comme l'épopée du choix impossible, entre le refus systématique de la modernité et l'attrait, non moins systématique, d'un monde nouveau. Le héros privilégiera, lui, la solitude. Ce superbe ouvrage, écrit par le plus grand écrivain estonien du XXIe siècle, passe en revue les deux attitudes mais nul doute que la description de notre époque était aussi la préoccupation d'Andrus Kivirahk quand il rédigea ce livre.

1er chapitre de L'homme qui savait la langue des serpents

Haut de page